21/02/2008

Politique climatique du Conseil fédéral : encore raté!

Les propositions faites ce mercredi 21 février par le Conseil fédéral sont largement insuffisantes, surtout dans le domaine de la circulation. L’ATE demande d’en finir avec les accords volontaires et de passer dès à présent à des mesures plus contraignantes.

Selon nous, les émissions de gaz à effet de serre de la Suisse doivent être obligatoirement réduites d'au moins 30% d'ici 2020. En effet, pour que le réchauffement du climat ne dépasse pas 2 degrés Celsius, d'ici 2050 les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent être réduites de 50% par rapport à 1990, voire d'environ 90% dans les pays industrialisés.

De nombreux Etats ont défini des objectifs correspondants. A titre de comparaison: récemment, Londres a fixé son objectif de réduction des émissions de CO2 à 60% d'ici 2025 et l'Allemagne à 40% d'ici 2020 si l'UE adopte l'objectif de réduction de 30%. Pays alpin, la Suisse subit de plein fouet les conséquences des dérèglements climatiques et a surtout les moyens d’agir.

pollution


L’ATE demande l’introduction d’une taxe CO2 sur les carburants, sans attendre 2012 ou la saint- glinglin.

42% des émissions de CO2 proviennent du trafic. Contrairement aux chauffages, les émissions dues au trafic continuent de croître. Elles ont augmenté de 9% par rapport à 1990, alors que la loi prévoit une réduction de 8% en 2010. Paradoxalement, la mobilité reste épargnée alors que la taxe CO2 est déjà introduite sur les combustibles. Où est le beug?
Par rapport aux pays limitrophes, la Suisse a l’essence la meilleure marchée et un pouvoir d’achat élevé. Du coup, pas étonnant que la Suisse se transforme en un petit paradis pour les « gouffres à essence ». Aujourd’hui, la Suisse possède le parc automobile le plus polluant d’Europe : les voitures neuves vendues en Suisse en 2006 ont rejetées en moyenne 187g de CO2 au km, contre 160 g dans l’Union européenne. Parce qu’on achète des voitures plus lourdes et plus gourmandes que nos voisins, cela nous place en dernière position européenne, avec la Suède. La honte !

Les conventions volontaires d'objectifs passées avec l'industrie automobile pour diminuer les émissions de CO2 ont toutes échoué. Ces échecs montrent clairement la nécessité de prescriptions plus contraignantes pour les voitures, comme c’est le cas pour les appareils ménagers ou les ampoules (interdiction des ampoules à incandescence dès 2012).

 

Ironie du calendrier, le même jour le Conseil fédéral annonce qu'en 2008, la Confédération va dépenser environ 2,15 milliards de francs pour les autoroutes, soit 1,18 milliard pour l’aménagement et l’entretien du réseau et 965 millions pour la réalisation de tronçons nouveaux.

 

Alain ROUILLER, ATE Suisse

18:10 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

...et pendant ce temps les milliers d'avions continueront à rejeter leurs tonnes de kérozène dans l'atmosphère sans aucun souci !!!!!!...............
LEVEZ DONC LE NEZ ET REGARDEZ TOUTES CES TRACES DANS LE CIEL ! Il paraît que celà ne pollue pas et que celà s'évapore ???? où......
Le kérozène reste du mazout.......

Écrit par : coucou | 21/02/2008

quand la pollution des avions et des véhicules de l'armée sera comprise dans les statistiques qu'on nous donne, les montagnes se seront elles déjà désagrégées? vive les promenades à vélo et les trains électriques.

Écrit par : gordon-lennox odile | 22/02/2008

En effet, je pense que les mesures plus contraignants sont nécessaires pour faire avancer les choses. Je pense que c'est regrettable mais qu'on ne peut pas faire autrement.

Écrit par : unusual | 06/02/2012

Les commentaires sont fermés.