28/02/2008

les avantages du péage urbain

La Ville de Genève en proposant l’introduction du péage urbain a relancé, fort justement, le débat sur la place de la voiture en ville.
La question est importante: comment maîtriser l’augmentation phénoménale de la circulation motorisée, réduire les accidents de la circulation et lutter contre la pollution – qui cause annuellement 3000 décès en Suisse ? Le péage urbain est une réponse efficace, mais pas la seule.

Séance de rattrapage:
Soixante villes européennes sont en train d’introduire des restrictions à l’accès des centres à la circulation motorisée. Pour cela, il existe deux outils principaux:

  • Les zones à faibles émissions polluantes (ZEF):

 
des vignettes sont attribués aux véhicules en fonction de leur degré de nocivité qui indiquent ensuite quelles parties de la ville sont accessibles. C’est une méthode simple, évolutive, facile à mettre en place.

vignettes Bernlin

Le site européen "Low emission zone" – incomplet – en recense une soixantaine:
Objectif principal: réduire la pollution.

 

  • Le péage urbain:

bien connu à Londres, Stockholm, Oslo, Milan etc.

Objectif: réduire le nombre de véhicule et promouvoir l'écomobilité

Avantages du péage urbain : l’exemple de Londres
Les commentaires qui ont relaté la proposition de la Ville de Genève ont mis en avant les désavantages du péage urbain. Les avantages – oubliés dans le débat - sont pourtant énormes. Prenons le cas de Londres.

L’introduction du péage urbain londonien a des retombées positives considérables en matière de mobilité durable. En effet, grâce aux moyens financiers importants de plusieurs centaines de millions - Londres a regroupé dans un même département - Transport for London (TfL) - tous les services touchant de près ou de loin à la mobilité et aux déplacements : les transports publics bien sûr, mais aussi la marche à pied, le cyclisme, la sécurité routière, le chemin de l’école et les mesures en faveur des jeunes. Les questions touchant à la pollution et aux gaz à effet de serre ne sont pas oubliées.
Or, dans la plupart des villes, ces thèmes manquent cruellement de moyens financiers. A Londres par contre, les recettes du péage urbain permettent de financer des programmes très ambitieux. Voyons plus en détail ce qui fait de Londres l’une des villes les plus dynamiques au monde en matière de mobilité durable.

Sécurité routière
Ken Livingstone, le Maire de Londres, avait par exemple fixé en 2001 des objectifs très ambitieux en matière de sécurité routière (London Road Safety Plan), en donnant à TfL les moyens financiers : réduction de 40% des tués et des blessés graves.

Résultats : baisse moyenne de 45% des accidents graves,

dont 43% pour les piétons et 60% pour les enfants.

Londres qui avait pris du retard dans l’introduction des zones 30, va rattraper le temps perdu et mettre tous ses quartiers à 30 km/h en introduisant le contrôle par vidéo caméra et radars, avec reconnaissance des plaques, système déjà en vigueur pour le péage urbain. Sans aménagements physiques.


Chemin de l’école et mobilité douce
TfL est très actif dans le domaine de la sécurité et de la promotion du chemin de l’école, à pied. Ce qui ne va pas de soi en Grande-Bretagne. Avec d’excellents résultats, les accidents d’enfants sont en très sérieuse baisse. La diminution du nombre de voitures utilisées pour amener les enfants à l’école est plus modeste : 6,7%
Ici aussi, le Maire a fixé des objectifs ambitieux, d’ici fin 2009 les 3000 écoles de Londres devront avoir un plan de déplacement scolaire, équivalent scolaire du plan de déplacement d’entreprise (PDE).
La promotion des déplacements à vélo n’est pas oubliée, en février 2009, le Maire de Londres a d’ailleurs annoncé le plus important programme de promotion de la bicyclette, 1,2 milliard de francs en 10 ans, avec la création d’itinéraires privilégiés pour la mobilité douce, les « golden roads ».

Taxe sur les « Chelsea tractors »
Dans le domaine de la protection de l’environnement, Londres n’est pas inactif non plus. Une vignette (ZEF zone à faible émission polluante) été introduite, le 4 février 2008 qui favorise les véhicules moins polluants, les camions sont particulièrement visés.

Chelsea tractors

De plus, une taxe sur les gros 4x4 et autres véhicules de luxe – appelés à Londres « Chelsea tractors » - de Fr 55.- par jour est également introduite pour qui veut aller au centre-ville.


Ce programme de réduction des gaz à effet de serre nous est annoncé comme le plus ambitieux au monde…

 

Alain Rouiller, ATE Suisse

17:06 Publié dans Général | Lien permanent | Commentaires (11) | |  Facebook | | |

Commentaires

Vous êtes vraiment ridicule avec vos théories.
Pourquoi ne pas développer massivement des parkings en périférie de la ville et augmenter la capacité des transports publiques et par deçus tout, (pour bien faire) faire un tunel et non pas un pont qui traverse de Vesenaz à Chambésy (par exemple)?
Franchement arrêtez de nous gaver avec vos solutions minables!

Écrit par : Caroline | 28/02/2008

Mais qui a dit qu'il ne fallait pas développer les parkings en périphérie et augmenter la capacité des transports publics?! Le péage urbain est une solution complémentaire au développement des TP, du train (CEVA entre autres), des relais, et à l'encouragement de la mobilité douce! C'est une solution dissuasive pour limiter l'utilisation souvent aberrente de la voiture au coeur de la ville!

Écrit par : eric | 28/02/2008

Mais il y a déjà des P&R en périphérie. Par contre quand vous demandez un abonnement, au lieu de simplement vous le vendre, des bureaucrates débiles vous répondent que non vous habitez pas assez loin ou que votre bureau est trop près etc... Et résultat normal, ces parkings restent à moitié vide et le centre ville reste bouchonné.

AF

Écrit par : Alain Fernal | 28/02/2008

Donc la solution écolo, la voiture en ville non, en périphérie oui! Si on habite en périphérie il faut se tapper tout le traffic pendulaire et tout goudronner pour faire des parkings, parcontre en ville non, faut que ce soit joli pour faire des promenades, des pistes cyclables et des voies de bus...

Écrit par : Ron More | 28/02/2008

Monsieur Rouiller, vous et toute la gauche caviar genevoise vous nous pompez!
Si vous étiez un minimum honnête vous devriez commener par vous attaquer au trafic frontalier. Avec plus de 50'000 véhicules/jour c'est lui qui génère 90% des engorgements du trafic. Le 10% restant est pris en charge par vos copains du service du traffic qui verrouillent la vile aux heures de pointes pour nous faire croire que....

L'illustration de votre propos avec un gros 4x4 urbain est la démonstration de votre démagogie.

Vous reprochez à Stauffer et sa bande d'être des populistes. Vous ne valez pas mieux, vous êtes pires!

D'ailleurs Stauffer a propsé une ceitnure verte autour de Genève ce qui réduirait considérablement la transhumance des pendulaires. Curieusement silence radio total du côté des Verts, de l'ATE et des sauce caviar. Normal l'idée ne venant pas de vous elle ne peut pas être bonne! C'est ça la vision démocratique de la mouvance politique que vous représentez.

Je vous dit tout ça l'esprit en paix, je vais en ville avec mon vélo et à berne en train........ pas comme Cramer qui utilise la voiture payée par les contribuables! (là aussi vous êtes totalement aphone, curieux non?)

Allez Monsieur Rouiller, après tant de temps à vous supporter dans tant de faux combats, vous ne voudriez pas dégager la piste?

Écrit par : Justine Ozone | 29/02/2008

A lire les commentaires ci-dessus, j'en arrive à une conclusion: être sensible au respect de l'environnement suppose d'abord d'être sensible au respect de l'autre...sensibilité dont les Justine Ozone et autre Caroline ne semblent hélas pas être particulièrement dotées. Dommage!

Écrit par : Pascal Magnenat | 29/02/2008

Pascal Magnenat:
Je trouve les propos de Justice Ozone tout a fait sensés et respectueux...Ne supportez-vous donc pas la critique au point de parler d'irrespect chaque fois que quelqu'un n'est pas d'accord avec vous? Vous me rappelez vos pitoyables mentors les Mao, Lénine et autre Polpot...Bel héritage.

Écrit par : Democrate | 04/03/2008

Bien sur les propos d'Ozone sont trés réspéctueux de nos voisins ... C'est leur faute! Surtout pas la mienne! Nah!

Écrit par : Bus | 04/03/2008

Justine,
Avez-vous pensé un seul moment que si les genevois de la classe moyenne sont devenus pendulaires et ont dû, soit partir en France voisine, soit dans le canton de Vaud, c'était à cause des autorités incapables de leurs trouver un logement. c'est-à-dire de faire déclasser les terrains dans les villages genevois. Je ne vois donc pas pourquoi nous devrions encore faire les frais de toute votre animosité ! J'habite en France et autour de moi je n'ai que des voisins genevois qui n'ont pas trouvé de logement potable à Genève. Beaucoup de jeunes couples avec enfants en bas âge. Surtout de jeunes couples de la classe moyenne supérieure, profs. informaticiens, employés de banques etc... brefs tous des gens rejetés de Genève, mais qui paient beaucoup d'impôt à Genève. Donc un peu de respect pour eux ! Pourquoi devraient-ils se contenter de transports inefficaces ?

Écrit par : genevois frontalier | 09/03/2008

En effet, cela a de nombreux avantages et c'est d'ailleurs pour cela que je soutiens cette possibilité non seulement dans ma ville mais dans toutes les agglomérations assez grandes pour se le permettre. Cela améliorerait beaucoup de choses, je trouve.

Écrit par : door mats | 27/10/2011

Le péage urbain a en effet de nombreux avantages. J'abonde donc dans votre sens. Je pense que cela peut vraiment changer la ville en bien. A voir si il existe une vraie volonté politique derrière.

Écrit par : thermostat | 13/01/2012

Les commentaires sont fermés.