19/06/2008

Initiative populaire fédérale de l'ATE « pour davantage de transports publics »

L’initiative de l’ATE Association transports et environnement, soutenue par une vaste alliance, inscrit l’encouragement des transports publics dans la Constitution et propose une issue au problème du financement des futurs projets. La moitié des taxes sur les carburants sera consacrée aux transports publics.


Constat
Il est clair,
  • les transports publics arrivent à la limite de leur capacité, les goulets d’étranglement se multiplient. Les besoins en développement sont urgents.
  • nous devons renouveler et développer notre infrastructure ferroviaire, tel est leitmotiv du récent débat au Conseil des Etats portant sur le projet de rail 2000 2ème étape,  indépendamment de son horizon politique.
  • Un autre point qui fait l’unanimité parmi tous les bords politiques: il faut un financement supplémentaire.

C’est précisément là que l’ATE, avec son projet d’initiative populaire «pour davantage de transports publics », apporte sa contribution. L’initiative exige que les transports publics soient encouragés dans l’ensemble du pays, en effet la hausse actuelle du prix de l’essence nous fait réaliser à quel point notre mobilité est dépendante de cette ressource naturelle limitée qu’est le pétrole. Renforcer les transports publics constituerait un geste d’avenir.

Aujourd’hui, l’argent manque pour réaliser rapidement de nombreux projets de transports publics – les besoins en investissement d’ici 2030 se montent à 14 milliards – alors que l’argent coule à flot pour les routes. Avec l’initiative de l’ATE, la route et le rail seront traitées à égalité.

Concrètement, l’ATE propose dans son initiative:
  • d’ancrer dans la Constitution le principe de l’encouragement aux transports publics
  • de répartir le produit de l’imposition des huiles minérales moitié-moitié entre la route et les transports publics

Effet financier d’ici 2030
Roger Nordmann, membre du Comité central de l’ATE, fait remarquer que, dans sa première année d’application (estimation: 2014), l’initiative « déplace » 800 millions au profit des transports publics. En admettant qu’à partir de 2014, la consommation de carburant baisse de 2% par an, l’initiative permet de mettre à disposition 11 à 12 milliards  supplémentaires de francs pour les transports publics jusqu’en 2030.

L’initiative offre les avantages suivants
· Elle permet, dans les prochaines années, la réalisation de projets importants tels que la troisième voie entre Genève et Lausanne, le tunnel de Gléresse ou encore une deuxième voie le long du Rotsee (tronçon Lucerne-Ebikon)
· Elle ne prélève pas de nouveaux impôts, mais une réorientation des taxes existantes
· Elle permet une répartition des moyens plus équitable: une moitié pour le trafic individuel, l’autre moitié pour les transports publics
· Elle contribue à garantir une mobilité plus écologique pour toute la population et dans l’ensemble du pays

L’initiative populaire de l’ATE est soutenue par une vaste alliance (voir la liste sur Internet). La récolte des signatures débutera ces prochains mois.

Le texte de l’initiative et les documents de la conférence de presse sont disponibles sur www.ate.ch > Médias

18:33 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

18/06/2008

Les jet-skis prennent l'eau, enfin !

L'ATE est soulagée que le Conseil fédéral soit revenu sur sa décision d'autoriser les jet-skis (scooters aquatiques) sur les plans d'eau suisses. Dans son message publié aujourd'hui mercredi, il montre qu'il a entendu l'opinion largement exprimée par les cantons et la population contre cette pratique nuisible à l'environnement et à l'homme. Succès pour l’ATE, nos actions répétées auront porté leurs fruits.

En effet, le résultat de la procédure de consultation est sans appel. Au moins 19 cantons défavorables, plus de 3000 cartes de protestation électroniques envoyées par des citoyens à l'Office fédéral des transports via le site Internet de l'ATE: personne ne veut des jet-skis en Suisse. Bruit élevé, pollution, mise en danger des autres utilisateurs des rives et du lac, dégâts sur les écosystèmes naturels (érosion des rives, oiseaux lacustres, etc.): les arguments ne manquent pas contre ces machines infernales.

Il vaut la peine de citer les 3 premières lignes du communiqué du Conseil fédéral

  • Les jetskis (scooters aquatiques) restent interdits en Suisse. Le Conseil fédéral, lors de la révision de l'ordonnance sur la navigation intérieure (ONI), a renoncé à introduire cette nouveauté controversée. Il n'a pas non plus l'intention d'abaisser le niveau des prescriptions environnementales sur les eaux suisses. (...)


Le Conseil fédéral aura donc su entendre cette opinion majoritaire, puisqu'il renonce finalement à appliquer le principe du "Cassis-de-Dijon" aux jet-skis. Le Conseil fédéral confirme ainsi que les intérêts commerciaux ne doivent pas primer sur la protection de l'environnement et la sécurité de la population.

Depuis le lancement de la consultation, l'ATE a appelé à plusieurs reprises la population et les autorités à exprimer leur opposition à cette pratique nuisible. Récemment, en partenariat avec Pro Natura, elle a demandé aux cantons concernés par une manche du Championnat suisse de jet-ski (FR, VD, VS) de faire preuve de cohérence dans les positions adoptées et de refuser l'octroi d'autorisations pour ces manifestations certes ponctuelles, mais particulièrement dérangeantes. Les promoteurs de cette activité tentait en effet de faire passer la mesure via les cantons romands réputés plus laxistes.
659604397.jpg
Plus d'informations
sur la campagne de l'ATE contre les jet-skis en Suisse sur le site de l’ATE
Sur les résultats de la procédure de consultation sur le site de l’administration fédérale

Alain Rouiller, conseiller en mobilité à l’ATE Suisse

15:32 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

03/06/2008

Le rail a besoin de plus d’argent

Bonne nouvelle:  l’entrée en matière du Conseil des Etats sur le financement Rail2000 deuxième étape ( ZEB1 en suisse-allemand).
Mauvaise nouvelle, la troisième voie ferroviaire  entre Genève et Lausanne n’y est intégrée.
 
Explication de texte:
Saluons la décision du Conseil des Etats du 3 juin de mettre dans un premier temps 5,2 milliards de francs à  disposition des futures infrastructures ferroviaires.

Il faut toutefois exiger que la troisième voie ferroviaire entre Genève et Lausanne soit incluse dans la liste des projets prioritaires Rail 2000 (ZEB1). L’amélioration de cette ligne est urgente et indispensable puisque, pour ce tronçon, les prévisions jusqu’en 2030 font état d’une augmentation massive du trafic global, jusqu’à 85%. La nouvelle voie, qui coûterait 400 millions de francs, permettrait d'étendre l'offre à quatre trains par heure, ce qui correspond quotidiennement à une capacité supplémentaire de 20'000 à 50'000 places assises. La croissance de trafic pronostiquée sur l’A1 pourrait être entièrement absorbée. En comparaison, l’extension de l’autoroute entre Lausanne et Rolle coûterait environ 1'800 millions de francs.
 
De manière générale, les moyens financiers à disposition  du rail sont largement insuffisants.

Le raisonnement utiliser pour la 3ème voie peut s'apliquer à plusieurs autres ouvrages en Romandie notamment entre Bienne et Neuchâtel, voire en Suisse. L’ATE donc se propose donc de lancer une initiative populaire fédérale permettant de prélever une part plus élevée des recettes routières au profit des futures infrastructures ferroviaires.
En effet, les transports publics arrivent sur plusieurs tronçons à la limite de leur capacité. Au vue de l’augmentation du prix des carburants et de la crise pétrolière à venir, cette tendance ne peut que s’intensifier. Par ailleurs, par souci de protection du climat et dans l’optique d’une politique des transports durable, un programme de développement du rail est plus que jamais nécessaire.

Les projets d’extension de rail 2000 (ZEB2 pour les initiés)  devront être réalisés au plus vite. Afin de dégager des fonds sans augmenter les impôts, l’ATE propose une nouvelle répartition des taxes sur les huiles minérales.
Le lancement de l’initiative qu’elle a préparée intensivement durant les derniers mois sera décidé lors de la prochaine Assemblée des délégués du 21 juin. 

Lien avec le dossier du parlement fédéral au 3 juin 2008

Alain ROUILLER, ATE Suisse

16:31 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook | | |