28/07/2008

Mobilité des jeunes : un mieux en Romandie

Nous parcourons chaque année en moyenne 19000 km, soit un demi tour du monde, en moyenne 37,3 km par jour par habitant. Qu’en est-il des jeunes ?


Un rapport de l’OFS (Office fédéral des statistiques) de 2007 sur le microrecensement 2005 La mobilité en Suisse existe déjà en français, il est disponible sur le site de l’OFS.
Pour  aller plus loin l’OFROU (Office fédéral des routes) a mandaté le sociologue Daniel Sauter pour décortiquer le microrecensement de 2005 en le comparant à ceux de 1994 et 2000 . Cette comparaison est primordiale pour comprendre l’évolution de la mobilité des jeunes de 6 à 20 ans. Son étude - en allemand avec un résumé en français de 6 pages - est téléchargeable sur le site de l’OFROU www.mobilite-douce.ch. Elle contient une bonne et une mauvaise nouvelle.

Des jeunes Suisses écomobiles
Commençons par la bonne nouvelle. En comparaison internationale, les jeunes Suisse de 6 à 20 ans sont écomobiles, en effet 88% des jeunes Romands et 93 % des jeunes Alémaniques se déplacent de manière écomobile (marche à pied, vélo ou transports publics). Sept écoliers du Primaire sur dix se rendent à l‘école à pied.
La motorisation des jeunes gens a diminué et l’utilisation des transports publics est en hausse, en particulier dans les agglomérations. Pour les jeunes Romands de 6 à 20 ans, la part modale de la marche à pied est en forte augmentation passant de 42 à 52%, dépassant même les jeunes Alémaniques stables à 50%. De plus, l’accompagnement des enfants en voiture est en forte baisse en Romandie dès 2005.

Vélo en perte de vitesse et mamans taxis
La mauvaise nouvelle ensuite. Bien que 84% des jeunes Suisses possèdent une bicyclette, la part modale de la pratique du vélo des jeunes a été divisée par deux en 11 ans. Elle devient très faible en Romandie avec seulement 2% environ de jeunes qui se déplacent à vélo. 
Au niveau national, 21% des petits Tessinois, 12% des petits Romands (20% des 7-8 ans) et moins de 7% des petits Alémaniques sont accompagnés en voiture. L’accompagnement en voiture reste (trop) important dans les zones suburbaines, les communes riches (37.5% d’accompagnement) et les ménages romands avec deux véhicules ou plus (31%).
Semaine mobilité 06.jpg

Conclusion
Le résultat est globalement positif, les Romands commencent à rattraper leur retard.

L’auteur de l’étude relève que la forte baisse de l’accompagnement scolaire en voiture en Romandie peut vraisemblablement être imputée aux campagnes de sensibilisation, comme « à pied à l’école…à Pédibus », la campagne de l’ATE. Ce bon résultat est le signal qu’en matière de mobilité l’indispensable évolution des mentalités en cours doit être poursuivie notamment par la sensibilisation des parents d’élèves menée dans le cadre de ces campagnes qui commencent à porter leurs fruits.

Alain Rouiller, Bureau-Conseil ATE Suisse

15:39 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |