06/12/2008

Loi sur le CO2: une réduction d’au moins 30% en Suisse est indispensable

pic4.jpgLe Conseil fédéral a décidé de rejeter l’«Initiative populaire pour un climat sain» et de lui opposer en tant que contre-project deux variantes pour la loi sur le CO2 qui sera valable à partir de 2011. Cependant, les objectifs visés du contre-projet sont largement insuffisants. L’association «Initiative populaire pour un climat sain» -dont fait partie l'ATE- maintient ses objectifs définis et exige que la nouvelle législation entérine la réduction du volume des gaz à effet de serre réclamée par l’initiative d’au moins 30% d’ici à 2020 par rapport à 1990. En outre, la loi révisée doit stipuler que les émissions nationales doivent être réduites en Suisse.


Le Conseil fédéral a envoyé vendredi 5 décembre en consultation fédérale deux variantes pour la révision de la loi sur le CO2.

Point de vue des associations.

La loi révisée détermine les objectifs climatiques de la Suisse, ainsi que les mesures à prendre dès 2011. La Suisse doit apporter sa contribution, afin de limiter l'augmentation de la température moyenne mondiale à moins de 2 °C par rapport à l’ère préindustrielle. Les climatologues expliquent qu’en cas de dépassement du seuil de 2 °C, les changements climatiques auraient des conséquences catastrophiques. L’association Initiative pour le climat exige du Conseil fédéral qu’il ancre, dans la loi révisée sur le CO2, la réduction du volume des gaz à effet de serre d’au moins 30% d’ici 2020 sur le territoire suisse, une réduction qui est politiquement et économiquement recevable. Le dépôt rapide de l’initiative pour le climat prouve que la population adhère à ces objectifs et les juge réalistes. Les deux variantes prévoient une réduction de fait de 15% en Suisse voire même moins. De forts potentiels de réduction, qui auraient aussi des avantages positifs sur l’économie, ne seront donc pas réalisés. Cette option n’est donc pas défendable, ni sur le plan climatique, ni sur le plan économique.

La Suisse ne parviendra pas à atteindre les objectifs de l’actuelle loi sur le CO2 d’ici 2010.
L’association Initiative pour le climat demande donc au Conseil fédéral que les mesures de mise en œuvre nécessaires et leur financement soient ancrés dès le départ dans la loi révisée, afin de mettre un terme aux tergiversations en matière de politique climatique. Nous avons à présent grandement besoin d’une politique climatique cohérente. Pour la Suisse, la protection du climat constitue un énorme potentiel économique dans le domaine des nouvelles énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, qui permettra de créer de nouveaux emplois. Pour investir, les entreprises ont cependant besoin d’objectifs clairement définis par la sphère politique, et d’un cadre général orientant l’évolution dans cette direction. Enfin, la Suisse doit avoir intérêt de réduire massivement sa dépendance face à l’étranger, ainsi que l’écoulement de capitaux vers les Etats producteurs de pétrole.

Inverser la tendance
Durant des décennies, notre pays a assuré son approvisionnement énergétique à l’aide d’une énergie fossile bon marché, tombant ainsi dans la dépendance. La loi révisée sur le CO2 peut et doit inverser cette tendance en réduisant les émissions nationales au moyen de mesures en Suisse. Les secteurs du transport et du bâtiment présentent le plus gros potentiel de réduction. La Suisse doit apporter un engagement complémentaire à l'étranger pour les émissions grises de CO2 qu’elle y produit par le biais de ses importations. Cependant, les programmes ciblés permettant à toute une région de se transformer en société à faible émission de carbone valent mieux que des investissements dans divers petits projets de protection du climat, souvent sans effets.

Lien: Site Initiative pour le climat : texte de l'initative, abonnement à la lettre d'information etc

Alain Rouiller, conseiller en mobilité à l'ATE Suisse


Associations membres de "l'initiative pour un climat sain":

  • Association Suisse pour la Protection des Oiseaux ASPO/BirdLife Suisse
  • ATE Assocation transports et environnement
  • Bioterra Centre de compétences du développement durable de Langenbruck
  • CIPRA Suisse
  • Club des Sans-voitures Suisse CSS
  • Déclaration de Berne
  • Ecologie libérale
  • Fédération Suisse des Amis de la Nature
  • Fondation suisse pour l'Energie SES
  • Greenpeace Suisse
  • Groupe de travail Tourisme et Développement
  • Hausverein Suisse
  • Jeunes Vert-e-s
  • Jeunesse socialiste suisse JS
  • Initiative des Alpes
  • Initiative für Natürliche Wirtschaftsordnung (association pour un ordre économique naturel)
  • L’association Umverkehr
  • Les Verts Suisse
  • Médecins en faveur de l'Environnement Mission Bethléem
  • Immensee
  • Mobilité piétonne
  • Oeku Eglise et environnement
  • Parti des verts libéraux PEV Suisse
  • Pro Natura - Ligue suisse pour la protection de la nature
  • PRO VELO Suisse
  • PS Suisse
  • SKF/ Ligue suisse des femmes catholiques
  • Syndicat du personnel des transports suisse SEV
  •  Vereinigung Bündner Umweltorganisationen
  • WWF Suisse

11:51 Publié dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Est-ce que l'ATE, dans l'expression concrète de son action destinée à réduire la production suisse de CO2, s'est exprimée à propos du projet d'usine à gaz des SIG ?

Écrit par : Kunz Pierre | 06/12/2008

Très bonne loi. Il faut réduire les émissions de CO2. Il s'agit là d'une urgence. Il est donc temps de prendre le taureau par les cornes.

Écrit par : prix carrelage | 29/12/2011

Les commentaires sont fermés.