20/10/2009

Inauguration du Vitam’parc à Neydens: un projet du passé !

logo.pngInauguration en grande pompe du centre commercial et de loisirs Vitam’parc à Neydens (Haute-Savoie). Situé en rase campagne, ce nouveau centre commercial, à l’initiative de la Migros, est axé complètement sur l’accès en voiture: 1’200’000 mouvements motorisés supplémentaires prévus par année dans une région déjà sinistrée par la circulation automobile.


C’est en effet dans le secteur de St Julien que la part modale des transports publics est la plus faible de l’agglomération franco-valdo-genevoise: seul 1% des déplacements sont effectués en transports publics contre 99% à la voiture, pour ceux qui se rendent à Genève. La desserte interne doit être proche de 99.9% en voiture.
A noter que sur son site www.vitam.parc.com, le centre commercial n’est en mesure d’indiquer que des accès par la route. On nous promet une desserte transports publics par la ligne D, les fins de semaines dès le changement d’horaire du 13 décembre. C’est insuffisant.

C’est le dernier avatar d’une longue série de développements en Haute-Savoie qui oublient les transports publics: l’autoroute A41 Annecy-Genève, le multisalle Pathé à Archamps, l’hôpital de Findrol, près d’Annemasse, sans parler de divers centres commerciaux...

Rappelons ces prises de positions d’élus de Haute-Savoie (Tribune de Genève du 5.5.2004)

  • “...ne pas prendre le risque de détruire l’équilibre entre la ville et la campagne, de pousser à la densification du territoire, de porter atteinte à ce qui est aujourd’hui une zone de respiration"
  • “... de l’autre côté de la route où Migros est censé installer son complexe, il y a 110 000 m2 qu’il craint  de voir transformer, à moyen terme, en zone commerciale du type Epagny (entrée d’Annecy), une opération qui serait "catastrophique" pour St Julien”.


Le CLE Conseil lémanique pour l'environnement est favorable aux développements d’activités dans l’agglomération franco-valdo-genevoise, hors du canton de Genève, toutefois les générateurs de trafic importants doivent impérativement prendre en compte les transports publics avec une desserte régulière et ne pas axer leur développement sur la seule voiture.

Le CLE demande

  • de renoncer à ces projets du passé et d’intégrer les transports publics dès le départ du projet, et de prendre en compte la problématique des crises climatique et énergétique dans l’élaboration des projets futurs de l’agglomération
  • que le département de Haute-Savoie étoffe la desserte transports publics prévue dès le 13 décembre
    • Liaisons quotidiennes par la ligne D des TPG (St Julien – Place Neuve) prolongée à Neydens
    • Prolongation de la ligne 5 Annemasse – Pas-de-l’Échelle  des TAC vers Neydens
  • que le centre commercial participe aux frais d’exploitation de la desserte transports publics, par exemple en lui rétrocédant le coût de la première heures de stationnement qui doit être payant*, comme pour les centres commerciaux de La Praille et de Balaxert.
  • qu’une des deux branches du tram Cornavin – St Julien à l’étude soit prolongée jusqu’à Neydens (les décideurs de la région ont décidé d’y renoncer)


*Rappelons qu’en Suisse, le Tribunal fédéral a eu l’occasion de dire – pour le centre Coop à Belp (BE) – qu’une telle mesure peut inciter les usagers à emprunter d’autres moyens que l’automobile et ainsi contribuer à la diminution des nuisances, et qu’un tel choix est conforme à la liberté du commerce.

Alain ROUILLER
Président du CLE - Conseil lémanique pour l’environnement
Conseiller en mobilité à l’ATE-Suisse

Michel RIOCHE
Vice-Président du CLE - Conseil lémanique pour l’environnement + FRAPNA 74

 

16:18 | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : mobilité, environnement | |  Facebook | | |

Commentaires

Au prix où sont les transports publics à Genève et le prix des parkings, il n'est pas franchement étonnant que les gens fuient le centre ville pour faire leurs courses dans les "banlieues" française et vaudoise.

Écrit par : Michel Sommer | 20/10/2009

A comparer avec un projet similaire à Berne, aussi en campagne, mais à 8 minutes du centre-ville en RER (un train toutes les 15min), tram (en construction), car postal et autoroute. C'est inconscient ce que fait la Migros - pourtant le même groupe! - aux portes de Genève. Et ensuite on se plaint qu'il y ait trop de trafic automobile à Genève et ses frontières!

Il n'y a aucune volonté de concertation dans l'agglomération franco-valdo-genevoise, quoi que l'on dise et malgré tous les palabres. C'est l'exemple-phare, un scandale. La seule implantation intelligente aurait été le long du CEVA ou du Genève-La Plaine-Bellegarde.

cf. http://www.westside.ch

Écrit par : Bernois | 21/10/2009

Le Vitam Parc devrait-il etre en centre ville ??
Ce n'est pas la responsabilité des investisseurs createurs de centaines d'emplois si les transports publics sont toujours en retard d'une guerre...

Écrit par : Ph.bOUCHET | 21/10/2009

Pour l'avoir tenté, je peux vous affirmer que venir au vitamparc en vélo depuis la ville relève du parcours du combattant :
- Le parcours depuis la ville est dantesque ! Pour éviter les routes à grand trafic, la seule alternative sont des chemins agricoles constellés de gros cailloux.
- Heureux d'arriver la-bas vivant, force est de constater qu'il n'y a simplement aucun aménagement prévu pour garer des vélos... (remarquez, c'est logique).

Écrit par : Djinius | 21/10/2009

La vision de "Bernois" est un peu ethno-centriste... Le Vitam-Parc n'est pas destiné qu'à la population genevoise, loin de là, mais aussi à toute la Haute Savoie, qui est quasiment aussi peuplée que toute la Suisse Romande et qui viendra, forcément, en voiture ou en cars, vu la rareté des voies ferrées dans le département. Hors le Vitam park n'est pas "en rase campagne", mais à quelques dizaines de mètres du plus gros noeud autoroutier de la région, tant suisse que français.
Par ailleurs, le D le desservira, depuis le centre ville, avec des cadences accrues. Même s'il faut tendre à améliorer les infrastructures de transport public et les règles d'aménagement, une entreprise se doit de faire des choix qui tiennent compte des schémas existants.

Écrit par : Philippe Souaille | 21/10/2009

Bonjour,

Vitam Parc s'est installe la ou l'espace etait disponible et finance l'extension de la ligne D de Saint Julien a Neydens les mercredi et samedi. Le comportement de Vitam Parc est plutot exemplaire par rapport a la moyenne. Si la demande est au rendez vous cet hiver, l'extension aux autres jours de la semaine sera rapidement consideree et mise en place.

L'emplacement de Vitam Parc permettra de rentabiliser les futures equipements de transport en commun en completant l'usage pendulaire aux heures de pointe par un usage regulier toute la journee a destination de Vitam Parc. Il permettra au bus qui sont plein seulement dans un sens.. d'etre desormais plein aussi au retour. Cela permettra une augmentation considerable des cadences et capacites. Ce sera deja le cas a peine quelques semaines apres l'ouverture puisqu'au dela de l'extension vers Neydens, la capacite de la ligne D sera augmentee de 40%.

Voila qui compense la traversee des communes moins denses entre Saint Julien et Geneve qui est si couteuse : beaucoup de kilometres et peu d'usagers.

Le contre sens c'est plutot que le canton de Geneve continue a ne pas construire suffisament de logements et contraigne 4000 de ses habitants chaque annee a aller s'installer loin des reseaux de transports.

Cordialement,

Antoine Vielliard

Écrit par : Antoine Vielliard | 21/10/2009

Bonjour aussi,

et surtout merci à Philippe et à Antoine d'avoir expliqué deux trois réalités aux cyclistes dépassés de l'ATE.

L'infrastructure Vitam'parc de Migros F a été inaugurée lundi en présence du président du Conseil d'Etat, l'écologiste David Hiler et du président d'UNIRESO Christoph Stucki. Tous ont salué la création de ce centre innovant et original.

La ligne TPG D venant de Genève et la ligne LIHSA d'Annecy ont toutes deux des arrêts à proximité immédiate de Vitam'Parc. Simplement leur exploitation a un coût. Et la Migros met la main au porte-monnaie pour financer ces accès en transports en commun. Il n'y en a pas d'autres à ce jour. Est-ce la faute de la Migros ?

Par contre, des milliers de voitures de Suisses et de Français circulent sur l'axe Annecy-Genève chaque jour. C'est la réalité actuelle et le concept de centre très complet de restauration-commerces-piscine répond à un besoin dans cette partie du bassin genevois voué à un développement encore bien plus important (v. plan directeur PACA). Il est donc logique, d'un point de vue économique, qu'une entreprise s'y installe et favorise l'accès par les moyens existants.

Maintenant, si l'ATE finance et surtout arrive à surmonter les oppositions d'une liaison ferroviaire Genève - Annecy, créé une ligne de tram Cornavin-Cruseilles et une piste cyclable Carouge - Neydens, avec un prix abordable pour l'usager (on peut commencer par le vélo qui est gratuit), je serai le premier abonné !

Entretemps essayons de voir la réalité en face et de vivre au présent avant de condamner au passé des projets pleins d'avenir... Je salue les entrepreneurs qui osent encore se lancer dans des projets de développement aussi raisonnables que raisonnés malgré les dinosaures à vélo, qui n'apportent aucune proposition concrète à leurs protestations stériles et immobiles.

Écrit par : Michael | 21/10/2009

Les commentaires sont fermés.