19/11/2009

Motorisation des jeunes: un peu d’espoir

Trop souvent on nous peint l’avenir de la mobilité en noir. Deux enquêtes distinctes – l’une suisse, l’autre états-unienne – arrivent aux mêmes conclusions plutôt réjouissantes: les jeunes adultes entre 18 et 23 ans ne sont plus aussi pressés de passer leur permis de conduire que leurs parents.


L’étude suisse de 2008 sur la mobilité des jeunes, basée sur le dernier micro-recensement disponible, indiquent en effet que le nombre de jeunes adultes à posséder un permis de conduire moto ou auto a diminué entre 2000 et 2005, de quelque 20 pour cent dans les deux catégories de véhicules. Pendant la période précédente, cette part avait augmenté.

Le degré de motorisation des jeunes a diminué.
Bien que, dans certaines tranches d’âge, le cyclomoteur ait été remplacé par le motocycle léger (scooter) nouvellement admis, le nombre d’adolescents de 14 à 20 ans disposant d’un moyen de transport motorisé (cyclomoteur, moto, automobile) a globalement diminué.

Une étude du cabinet états-unien  JD Power de 2009 arrive au même type de conclusion (source bulletin de Transports et Environnement No 183).
En effet, en analysant des centaines de milliers d’échange sur les cybers-forums, les chercheurs se sont apperçus que les jeunes adultes  sont moins intéressés que leur parents à acquérir un véhicule motorisé.
Plusieurs facteurs y contribuent, telle l’augmentation importantes des communications électroniques qui a réduit le besoin en mobilité, le coût de l’essence en augmentation et l’image négative de l’industrie automobile.

Tout espoir n'est pas perdu...

 

18:23 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est sûr qu'ils doivent aussi avoir d'autres priorités budgétaires. En même temps, mieux.

Écrit par : placement suisse | 17/01/2012

Les commentaires sont fermés.