18/01/2010

Pour une nouvelle décennie durable

logo ATE seul.jpgDeux points forts en matière de politique des transports et de l’environnement en 2010: transports publics et loi sur le CO2. L’ATE exige de la part du Conseil fédéral et du parlement d’enfin assumer ses responsabilités: à travers un financement durable des transports publics et un impôt CO2 sur les carburants.
La politique des transports est un sujet clé pour le XXIe siècle. Le trafic routier motorisé continue en effet à constituer un facteur climatique déterminant. En même temps, la mobilité reste un besoin vital de notre société.


Transports publics
Pour concilier mobilité et environnement, les transports publics jouent un rôle décisif, le chemin de fer est respectueux de l’environnement et permet en même temps d’assurer la mobilité indispensable au bon fonctionnement de l’économie, la pénurie prévisible des carburants fossiles suscitera une plus forte demande encore pour le rail.

Une extension et un entretien approprié de l’infrastructure ferroviaire est donc indispensable. Avec son initiative populaire «Pour les transports publics», l’ATE a montré une voie pour maintenir les transports publics sur des bases solides pendant les prochaines décennies. Les recettes provenant de l’impôt sur les huiles minérales reviendraient à l’avenir à parts égales au trafic routier et ferroviaire. Aujourd’hui, 75 pour cent de ces recettes sont versés à la construction routière et 25 pour cent seulement aux TP.

Après huit mois, 150'000 citoyens suisses avaient déjà signé l’initiative si bien que rien ne s’oppose plus à son dépôt en 2010. L’ATE a su poser la bonne question au bon moment par rapport au financement des transports publics et montré en même temps une solution facilement réalisable.

Loi sur le CO2
Le Conseil fédéral et le parlement étaient soumis à l’obligation de réduire les émissions de CO2 d’au moins 40 pour cent, comme le préconise le Conseil mondial du Climat. Le gouvernement fédéral devrait en conséquence baisser massivement au moyen de limites légales les émissions de CO2 des voitures neuves.

De plus le parlement est lui aussi sollicité pour entamer cette année la révision de la loi sur le CO2. «Après l’issue regrettable de la Conférence sur le climat, il faut passer à l’action. Le parlement doit améliorer la copie du Conseil fédéral et introduire une taxe carbone sur les carburants.»

Alain Rouiller, conseiller en mobilité à l’ATE Suisse

10:56 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : environnement mobilité durable | |  Facebook | | |

Commentaires

En effet, nous devons faire de cette décennie une décennie durable qui respectera l'environnement. Nous enfants nous le revaudrons.

Écrit par : thermostat sans fil | 24/01/2012

Les commentaires sont fermés.