08/03/2010

Démarche participative à Cluse-Roseraie

logo écomobilité.pngLe bulletin 1/2010 de Rue de l’Avenir montre qu’un groupe citoyen déterminé – le groupe “Écomobilité à Cluse Roseraie” – peut obtenir des résultats extrêmement positifs en vue de l’amélioration du cadre de vie de son quartier, il montre aussi l’intérêt d’une démarche participative

Voyons plus en détails
Table des matières
  1. «Ecomobilité à Cluse-Roseraie»: une démarche citoyenne
  2. Les succès de la démarche participative
  3. Parc des Chaumettes: un projet sur une génération
  4. Un bémol dans le processus participatif
  5. Un quartier qui bouge! par Christian Ferrazino, ancien maire de Genève
Vignette RdA 1-2010.png

A l'origine....
En 1998, le Bureau-Conseil de l’ATE-Suisse à Genève a interpellé l'Etat et la Ville de Genève afin de promouvoir les “déplacements doux" dans un quartier urbain dans le cadre du programme fédéral d'Energie 2000 "Energie dans la cité". La démarche est cofinancée par le programme "Energie dans la Cité", le Canton et la Ville de Genève et l'ATE.
Un groupe de travail mixte composé de la Maison de quartier, de l'ATE, d'associations (habitants, parents d'élèves), d'enseignants, du parascolaire, de la petite enfance, de l'Hôpital cantonal, des administrations cantonale et communale est constitué.
Capture d’écran 2010-03-08 à 17.02.09.png
Le diagnostic...
La densité de population, la proximité du centre ville, la concentration et la mixité des fonctions, font du quartier de Cluse-Roseraie un quartier propice aux déplacements "Ecomobiles" avec 17'000 résidants,13'200 emplois et 6'400 automobiles, soit 0,4 véhicule par habitant.
Les réalisations
Les réalisations à mettre au crédit de cette démarche ont été très nombreuses : zones 30, zones de rencontre, piétonnisation de plusieurs portions de rues (), l, trois parcs publics (Chaumettes, Moulins-Reichlens et Prévost-Martin),  etc.
La démarche participative
L’exemple du quartier de Cluse-Roseraie à Genève est une bonne illustration des avantages – très nombreuses réalisations – et des difficultés de la concertation. En effet, la question se pose, comment assurer la pérennité de la démarche participative
Ingrédients de départ: l’engagement de départ manifeste de SuissEnergie, des autorités et services de la Ville et du Canton de Genève a été déterminant et le soutien logistique de l’ATE et de la Maison de quartier de Plainpalais s’est révélé indispensable amenant une dynamique très positive qui implique habitants et représentants des associations et institutions du quartier.
Persévérance et patience ont pu vaincre des obstacles d’importance: oppositions diverses, démobilisation naturelle des engagements militants, frilosité du politique ou condescendance de certains.
Le bilan est donc très largement positif. (...)

Fruits des réflexions du groupe de travail Écomobilité à Cluse-Roseraie, 39 propositions en faveur de l’écomobilité ont été mises en exergue dans le rapport publié en 1999.
Le bilan, très positif, dressé au terme de dix années de travaux, peut se décliner en quatre domaines.
  1. Une vaste zone 30 et des zones de rencontre 20 km/h et priorité piétonne à Leschot et Peupliers
  2. Trois nouveaux parcs publics : Chaumettes, Moulins-Reichlens et Prévost-Martin
  3. Des piétonisations de rues: Vignier, Violette, Diserens, Masbou, Barthélémy-Menn, haut du Boulevard de la Cluse
  4. Des incitations aux déplacements écomobiles: la ligne de bus No 35, des aménagements cyclistes et piétons etc.
Zone20 Leschot 1.jpg
Capture d’écran 2010-03-08 à 17.19.08.png
Groupe “Écomobilité à Cluse-Roseraie”

17:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.