28/04/2010

Le volcan fait exploser les valeurs de particules fines

100428093611581009_fr.JPG.jpegLe nuage de cendre venant d'Islande touche également la Suisse. Les valeurs des dioxydes de soufre et des PM10 ont explosé au sommet de la Jungfrau le 17 avril. Selon Jürg Kurmann de Meteotest, le volcan Eyjafjallajökull aurait craché ces cendres à une hauteur de 11'000 mètres.
Comme on le sait maintenant, le nuage a ensuite été poussé par le vent en direction de l'Europe. Relevons toutefois, que ces particules fines ne sont pas nuisibles pour la santé, au contraire de celles produites par l'activité humaine.


La situation résultant de la pollution est critique: en Suisse, en effet quelques 3000 à 4000 personnes meurent chaque année des effets de la pollution atmosphérique. C’est pourquoi, le site PM10 de l’ATE, d’Unia et des Médecins pour l’environnement sur la pollution de l’air par les particules fines compilent les nouvelles  dans ce domaine.
Quelques exemples:

Le smog peut provoquer des crises d'apoplexie
Une étude réalisée à Come, en Italie, établit une corrélation entre la pollution atmosphérique et les crises d'apoplexie. Une équipe de médecins des hôpitaux de Sant'Anna et Valducce, à Come, ainsi que Niguarda, à Milan, a examiné les crises d'apoplexie survenues au cours des trois dernières années dans la province de Come. La corrélation entre taux élevés de PM10, de dioxyde d'azote et d'oxyde de carbone et fréquence des crises y est particulièrement nette en hiver. En cas de forte pollution atmosphérique, les cas d'apoplexie augmentent même de 8 %.

De faibles concentrations de PM10 nuisent à la santé
Une étude publiée par l'Office des déchets, des eaux, de l'énergie et de l'air du Canton de Zurich (AWEL) indique qu'une concentration élevée de particules fines peut provoquer quelques jours plus tard de sérieux problèmes respiratoires. En cas de problèmes cardio-vasculaires, une exposition directe aux PM10 peut même s'avérer fatale.
Les personnes âgées sont généralement les plus vulnérables aux répercussions négatives générées par une forte pollution aux poussières fines. Par ailleurs, les résultats de l'étude confirment l'hypothèse selon laquelle des taux de particules en suspension (PM10) même peu élevés peuvent déjà s'avérer nuisibles pour la santé.

Les particules fines compromettent la santé des enfants
De nombreuses études attestent que les poussières fines et les gaz d'échappement des voitures nuisent à la santé des enfants. L'organisation indépendante Health Effects Institute a analysé plusieurs études qui indiquaient de manière explicite que la santé des enfants habitant de 300 à 500 m d'une route très fréquentée était affectée par la pollution atmosphérique ainsi générée.
Par ailleurs, les résultats montrent clairement que des taux élevés de particules fines peuvent provoquer l'apparition de symptômes de gêne respiratoire, une diminution des fonctions pulmonaires et, pour les asthmatiques, une dépendance médicamenteuse. La pollution atmosphérique causée par le trafic lourd est en outre susceptible de déclencher fréquemment de l'asthme, une hypersensibilité des voies respiratoires et des allergies.
Source : www.innovations-report.de

En quoi consistent les poussières fines?
Les poussières fines sont des microparticules d'un diamètre inférieur à 10 millièmes de millimètre.
La principale source d'émission de poussières fines est la circulation routière, qui produit chaque année quelque 6200 tonnes de PM10, dont la majeure partie provient des moteurs diesel.

Normes d'émissions
La norme Euro 4 appliquée aux voitures de tourisme a pris fin en 2009. La norme Euro 5 impose une réduction de 80% de la valeur limite du taux de poussières fines pour les voitures de tourisme équipées d'un moteur diesel. Le taux qu'elle édicte, de 5 mg/km, est impossible à atteindre sans filtre à particule.
Désormais, les normes Euro 5 et Euro 6 fixent également des valeurs limites de PM aux voitures de tourisme carburant à l'essence (5 mg/km) et aux véhicules utilitaires légers équipés d'un moteur à allumage commandé (5 mg/km).

La norme de gaz d'échappement Euro VI pour les camions entrera probablement en force fin 2013. Comparativement à la norme Euro V actuellement en vigueur, elle réduit la valeur limite de particules à 10 mg/kWh et exige une diminution de 80% des émissions d'oxydes d'azote. De plus, pour la première fois, la norme Euro 6 fixera un nombre maximum de particules, ce qui permettra de limiter les émissions de particules ultrafines, particulièrement nuisibles pour la santé. Ces valeurs limites rendront obligatoires dès fin 2013 le filtre à particules fermé pour les nouveaux camions carburant au diesel.

18:13 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.