19/08/2010

L'ATE en appelle au Conseil des Etats : la limitation doit être fixée à 130 grammes CO2/km

images.jpegL'ATE  en appelle aux membres du Conseil des Etats pour qu'ils s'engagent pour l'adoption d'une limitation efficace des émissions moyennes de CO2 des voitures neuves. Elle s'adresse à eux dans une lettre accompagnée d'une brochure et les exhorte à s'investir pour une limitation des émissions moyennes de CO2 des voitures neuves à 130 g par km, à l'instar du Conseil fédéral.


Il est impératif que le Conseil des Etats s'engage sur cette question, puisque durant la session d'été la majorité du Conseil national a une fois de plus cédé à la pression du lobby de l'automobile. En effet, dans le cadre de la révision de la Loi sur le CO2, la Chambre du peuple a décidé de fixer la valeur limite moyenne des émissions des nouvelles voitures à 150 g de CO2 par km d'ici à 2015.

Ce n'est pas comme cela que l'on parviendra à sauvegarder le climat. L'ATE demande dès lors un plafonnement des émissions moyennes d'ici à 2015 identique à celui prévu par l'UE, soit de 120 g de CO2 par km. Cette valeur ˆ qui n'a rien d'irréaliste ˆ permettrait une nette réduction des émissions. Il appartient à présent à la Commission de l'environnement (CEATE) du Conseil des Etats de corriger le tir. Elle commencera lundi prochain son travail de révision de la Loi sur le CO2.

Travail d'arithmétique pour le Conseil des Etats
C'est dans le but de faciliter la tâche du Conseil des Etats que l'ATE a envoyé cette semaine aux membres de la Chambre haute une lettre accompagnée d'une brochure, laquelle comporte trois petits problèmes d'arithmétique portant sur la réduction des émissions de CO2 des voitures neuves. L'ATE propose d'en enregistrer la solution sur son site internet.
L'ATE publiera les résultats des devoirs d'arithmétique du Conseil des Etats avant que la Chambre haute se prononce sur la révision de la Loi sur le CO2.

Le problème du trafic motorisé
Des mesures efficaces de réduction des émissions de CO2du trafic motorisé auraient dû être prises depuis longtemps. Les chiffres publiés par l'Office fédéral de l'environnement l'attestent: de 1990 à 2009, les émissions de CO2 des voitures et des camions en total ont augmenté de 12,8%.

Même si l'on tient compte d'un échange de quotas d'émission, les valeurs d'émission du trafic motorisées resteraient aussi élevées qu'il y a 19 ans. La Loi sur le CO2 prescrit pourtant une réduction des émissions dues au trafic motorisé de 8% par rapport à 1990. La Suisse est actuellement bien loin de cet objectif.

18:20 | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : ate, co2, pollution, automobile | |  Facebook | | |

Commentaires

Eh les gourous de l'ATE, il faudrait voir à ne pas trop semer votre zizanie. Vous commencez à sérieusement nous casser les bielles.

Écrit par : ChrisPike | 19/08/2010

Les automobilistes sont criminalisés,surtaxés,critiqués,contraints alors que l'économie a besoin du secteur routier.

Écrit par : Autresondecloche | 20/08/2010

Le challenge semble difficile à relever. Mais si on baisse les bras...

Écrit par : Casse auto | 07/10/2011

Belle information !!!

Écrit par : casse auto | 05/04/2014

Les commentaires sont fermés.