24/08/2010

34'403 signatures pour soutenir les lignes menacées

arret_petit.jpgL'ATE, la CiTraP, le Syndicat du personnel des transports SEV et Pro Bahn ont remis ce mardi à la Chancellerie fédérale leur pétition pour le maintien des lignes régionales menacées. Elle a été signée par 34’403 personnes.


Cette pétition exhorte le ministre des finances Hans-Rudolf Merz et l'ensemble du Conseil fédéral à renoncer aux coupes dans les lignes régionales prévues dans le programme de consolidation. Les autres mesures planifiées touchant les transports publics doivent aussi être abandonnées.

Sitôt lancée, la pétition a fait parler d'elle: les médias ont publié la liste des lignes régionales en danger que l'ATE a mise en ligne. Des cantons, communes et représentants du tourisme se sont fortement mobilisés en faveur du trafic régional. La pétition a fait un tabac: 34’403 personnes l'ont signée.


Capture d’écran 2010-08-24 à 11.13.26.png


Écho de la remise de la pétition
Le Conseil fédéral pourrait se prononcer mercredi déjà sur le programme d'économies. Quant à savoir s'il va maintenir son cap, «la balle est maintenant entre les mains des Conseillères fédérales et Conseillers fédéraux», a déclaré Franziska Teuscher, présidente centrale de l'ATE, lors de la remise des signatures. Compte tenu du changement climatique global, il serait irresponsable de mettre en danger des lignes de transports publics et de pousser plus de gens à reprendre la voiture.

Bea Heim, présidente de la CiTraP, a insisté sur l’importance des transports publics d'un point de vue social pour les régions périphériques. Ce sont surtout les enfants ainsi que les personnes âgées et handicapées qui souffriraient d'une suppression des lignes menacées, a-t-elle rappelé.

Edwin Dutler, président de Pro Bahn, a ajouté que le système connecté des transports publics est aussi un avantage compétitif pour la Suisse qu’il ne faut pas mettre en danger à la légère.

Avec les mesures d'économies dans le trafic régional, le Conseil fédéral se fait du tort à lui-même, a affirmé Daniela Lehmann, coordinatrice de la politique des transports auprès du SEV. Si des places de travail devaient être biffées, les coûts supplémentaires seraient à la charge des assurances sociales.

11:21 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ate, car postal, économie, pétition | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.