06/09/2010

L'ATE dépose l'initiative «pour les transports publics» :La bonne solution au bon moment

vpol_vcsinitaitive_28.jpgCe lundi, l'ATE et plus de 20 organisations partenaires ont déposé l'initiative fédérale «pour les transports publics». 140’759 signatures authentifiées ont été remises à la Chancellerie fédérale. Le nombre élevé de signatures récoltées montre toute l'importance qu'accorde la population suisse à des transports publics performants. L'intiative de l'ATE prévoit une nouvelle répartation des recettes des taxes sur les huiles minérales.


Dès son lancement, l'initiative «pour les transports publics» (initiative TP) a touché une corde sensible de la population suisse, puisqu'après six mois déjà, les 100'000 signatures avaient largement été récoltées. Une fois de plus, l'ATE prouve qu'elle sait mettre l'accent sur les questions importantes de la politique des transports. L'initiative TP présente les bonnes solutions au bon moment.
Aujourd'hui, les transports publics ont atteint la limite de leur capacité: une extension du réseau ferroviaire est indispensable. L'initiative TP de l'ATE constitue à cet égard une proposition pertinente et réaliste de financement de ces travaux urgents. Elle propose en effet une nouvelle clé de répartition des recettes de la taxe sur les huiles minérales: après déduction de la part revenant à la Caisse fédérale générale, la somme restante serait affectée à parts égales aux transports publics et aux transports routiers. Aujourd’hui, 75% de ces recettes reviennent au trafic routier et seulement 25% aux transports publics.

Capture d’écran 2010-09-06 à 09.58.22.png


Agir maintenant pour les générations futures
Compte-rendu des interventions:
«Si nous voulons que le réseau ferroviaire suisse réponde aux exigences des générations futures, c'est maintenant qu'il nous faut agir», a déclaré Franziska Teuscher, conseillère nationale et présidente l'ATE Suisse, lors de la remise des signatures à la Chancellerie fédérale. «Qui plus est, l'initiative apporte une importante contribution à la politique climatique, en ce sens qu'une extension du réseau ferroviaire permettra à davantage de personnes de se déplacer en train plutôt qu'en voiture».

«La qualité du service public en matière de transports publics ne pourra être maintenue que si des moyens financiers suffisants sont mis à disposition», a ajouté Giorgio Tuti, président du Syndicat du personnel des transports SEV. «C'est précisément ce que vise l'initiative».

Hans-Peter Fricker, directeur du WWF Suisse a relevé l’importance de la politique des transports pour le climat. «C'est la raison pour laquelle le WWF essaie de convaincre la population suisse à préférer le train à la voiture. Toutefois, elle ne le fera que si l'offre est adéquate».

«L'initiative arrive à point nommé», a précisé Roger Nordmann, Conseiller national PS et vice-présidemt de l’ATE Suisse. «Le Conseil fédéral et le Parlement ne sont pas pressés de proposer des solutions de financement de rail 2030. Sans la pression d'une initiative populaire, il est à craindre qu'ils ne repoussent cette question aux calendes grecques.» Avec l’initiative la route et les transports publics seraient pour la première fois sur le même pied d’égalité en ce qui concerne le financement de l’infrastructure, a ajouté Ueli Leuenberger, président des Verts.

Inititiative TP.png

10:46 | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ate, initiative, transports publics | |  Facebook | | |

Commentaires

Je suis un partisan inconditionnel de l’automobile et déteste les transports en commun. Je ne supporte pas les odeurs des passagers des bus et trams sans oublier celle des trains où les déodorants se mêlent avec les sprays dit intimes.
Circulez un matin dans un tram en provenance de Moillesulaz vous serez gazé par les effluves de Narta et de Printil dont s’imbibent les frontalières.

C’est pourquoi j’utilise toujours une voiture pour mes déplacements et financièrement bien assis je n’ai que foutre des allégations des écolo-terroristes et gauchistes urbains.

Écrit par : Hypolithe | 07/09/2010

N'y a-t-il pas là un double transfert caché ?

Hormis le train, les autres transports publiques utilisent aussi la route (bus, cars postaux, navette cff etc...). Maintenant si les routes sont moins financées par la taxe sur les carburants, qui payera la différence ?

La porte ouverte à un nouvel impôt ? Ou une augmentation des taxes pour compenser le transfert ?

Écrit par : Eastwood | 08/09/2010

Les commentaires sont fermés.