21/11/2010

Émissions de CO2 des voitures neuves : la Suisse s'en sort très mal, en comparaison européenne

co2_emissions_main.jpgLes dernières statistiques de la fédération européenne Transport & Environment (T&E) montrent, une fois de plus, que les voitures neuves vendues en Suisse émettent en moyenne d'énormes quantités de CO2, fameux gaz à effet de serre. La Suisse se trouve à la quatrième place avant la fin du classement de T&E pour l'année 2009: un résultat lamentable pour un pays développé.


Seules l'Estonie, la Lettonie et la Bulgarie font pire que la Suisse, comme l'indique le classement de T&E, la fédération européenne des associations travaillant sur le thème «Transports et environnement». S'il fallait encore une preuve que la Suisse doit enfin prendre des mesures efficaces pour réduire les émissions de CO2 des voitures neuves sur son territoire, la voilà.

Mais la statistique de T&E est également source d'optimisme: de nombreux pays, parmi lesquels des États de taille comparable à la Suisse, sont parvenus à abaisser considérablement les émissions de CO2 de leur parc automobile entre 2008 et 2009. L'Autriche et le Danemark ont ainsi amélioré leur résultat de 5%, l'Allemagne de 6,5%, les Pays-Bas de 7% et l'Irlande de 7,9%.

En tête du classement, la France et le Portugal: en 2009, la moyenne des émissions de CO2 des voitures neuves vendues dans ces deux États a atteint 134 grammes par kilomètre. À l'autre bout du classement, la Suisse, avec 167 g/km l'an dernier. Seules l'Estonie (170 g/km), la Bulgarie (172 g/km) et la Lettonie (177 g/km) ont fait pire.

Les exemples de l'Irlande, de l'Autriche, le Danemark, de l'Allemagne et des Pays-Bas démontrent qu'une amélioration significative ne pose pas de problème. Un progrès facilité par le but que s'est fixé l'UE: réduire, d'ici à 2015, à 120 g/km les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves. Celles qui sont importées en Suisse proviennent en grande partie de l'Union européenne. La Suisse, en compagnie de la Suède, se distingue par le grand nombre de grosses cylindrées très polluantes.

Dans le tableau ci-dessous des 27 pays de l’UE, la Suisse se situerait au peu glorieux 24ème rang, juste derrière la Suède

Capture d’écran 2010-11-21 à 12.16.54.png


Une pression politique est nécessaire pour que la Suisse suive le rythme de l'UE. La comparaison avec l'Europe montre le résultat des accords volontaires avec l'industrie automobile helvétique. Le Parlement a donc le devoir, dans le cadre de la révision en cours de la Loi sur le CO2, de viser un objectif d'au moins 130 grammes par kilomètre d'ici à 2015, contribuant ainsi efficacement à la protection du climat. Parce que les émissions de CO2 imputables au trafic routier augmentent de façon constante depuis des années.

Pour la Suisse, atteindre cet objectif serait facilement réalisable puisqu’il est question avec les 130 grammes d’une moyenne des émissions du parc automobile suisse et non pas d’une limite. En d'autres termes, la Suisse peut réduire encore plus fortement les émissions de CO2 de ses voitures neuves.

Capture d’écran 2010-11-21 à 12.24.06.png


Lien pour rapport complet sur le site de T&E,  en anglais :

 

Chemin à parcourir, en pour-cent, pour les constructeurs pour atteindre les normes européennes, du plus mauvais Daimler au meilleur Toyota

Capture d’écran 2010-11-21 à 12.31.57.png

12:27 | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : ate, co2, pollution | |  Facebook | | |

Commentaires

La Suisse et la Suède n'ont pas le même climat que le Portugal ou même que la France. En Suisse, nous avons en outre une importante région de montagne où les 4x4 sont nécessaires au quotidien pendant des nombreux mois de l'année. Enfin ce ne sont pas les émissions par kilomètre qui "polluent" (je n'aime pas ce mot qui veut tout dire et rien dire), mais bien les émissions par kilomètre multipliées par le nombre de kilomètres parcourus. Une Ferrari qui reste au garage la pluspart du temps et qui ne roule que 3000 km/an émet finalement peu. Vouloir pénaliser les amateurs de grosses cylindrées tient plus à une forme de calvinisme des temps modernes qu'à une réelle volonté de protéger l'environnement. Bien à vous.

Écrit par : Ashwani SINGH | 23/11/2010

Les commentaires sont fermés.