24/11/2011

Forum transfrontalier de la société civile le 3 décembre

image.jpgSamedi 3 décembre 2011, à la Maison des Associations de Genève, sur le thème “quel modèle de développement voulons-nous pour l'agglomération ?”

Ce Forum  vise en particulier à alerter les habitants de l'agglomération et à interpeller les élus sur le mal-développement de l’agglomération franco-valdo genevoise.


Le Forum aura lieu samedi 3 décembre 2011 à la Maison des Associations de Genève, 15 Rue des Savoises
13h30: Accueil
 14h: Débats sur l’avenir de l’agglomération
 18h30: Verre de l’amitié et buffet campagnard

Accès bus et trams Place du Cirque et Place de Neuve :
lignes 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 10 - 12 - 13 - 14 - 15 - 17 - 19 - 20 et 36

Extrait du document de travail pour alimenter les débats du forum du 3 décembre.
Nota bene :ce n'est pas la prises de position de l’ensemble des organisations participantes.

Le Projet d’agglomération franco-valdo-genevoise a été lancé par la Charte transfrontalière en 2007 et concerne un territoire de 2'000 km2, avec le canton de Genève et le district de Nyon du coté Suisse, réunissant 92 communes, et du coté France, 112 communes dans l’Ain et la Haute-Savoie. A l’horizon 2030, ce projet prévoyait en 2010 200'000 habitants et 100'000 emplois nouveaux. Mais actuellement, les chiffres oscillent entre 260'000 et 320'000 habitants supplémentaires sur les vingt prochaines années. Officiellement, il s’agit d’« organiser un développement plus durable, plus respectueux des réalités économiques, sociales et environnementales ».

De fait, le projet se contente d’organiser la fuite en avant d’une croissance économique linéaire, sans chercher ni à maîtriser ni à orienter celle-ci.

Le secteur des multinationales, la finance, les banques et les assurances occupent une place excessive à Genève, tout en payant proportionnellement très peu d’impôts. Le négoce des matières premières et les « hedge funds » (fonds spéculatifs) - ces derniers n’étant même pas imposés sur leurs gains énormes - sont en croissance particulièrement rapide.  Il en résulte une forte croissance économique, mais qui ne répond pas aux besoins de la population. Au contraire, ses effets pervers sont de plus en plus manifestes. Ces entreprises n’offrent pas d’opportunités aux demandeurs d’emploi locaux, car elles amènent leur personnel de l’étranger. Cet afflux de cadres aux rétributions très élevées décuple la crise du logement, relançant une spéculation foncière et immobilière particulièrement brutale. La hausse des prix des logements, leur rareté, l’insuffisance grave de logements sociaux, toutes ces données provoquent une « gentrification » rapide des quartiers populaires, et un déplacement des classes moyennes (et de tous ces problèmes) vers la périphérie et la France. Les effets sur la mobilité sont évidents : accroissement du nombre des pendulaires au niveau régional.

Malgré des aspects positifs, le projet d’agglomération n’est pas à la hauteur. La CEVA, par exemple, est un progrès, mais permettra une réduction de seulement 7% de la circuation motorisée transfrontalière. Par rapport au logement, les autorités ne cherchent pas une maîtrise du foncier, ni à assurer une cohérence d’ensemble. Certaines communes françaises construisent trop, et le mitage territorial continue, alors que les suisses ne respectent même pas leurs engagements déjà insuffisants ! La demande grandissante pour une agriculture de proximité ne reçoit pas de réponse.
Ce développement n’est pas non plus cohérent avec les nécessités de la protection de l’environnement. L’ozone et les particules fines sont en quantité excessive sur toute l’agglomération – un problème grave de santé publique.  Quant au bruit routier, plus de 40% des habitants de la Ville de Genève sont touchés par le dépassement des valeurs autorisées. Des deux côtés de la frontière, ce sont les localités traversées par les pendulaires motorisés qui sont les plus touchées.

Enfin, il est urgent que notre région se prépare de façon conséquente par rapport au changement climatique, l’inévitable pénurie de pétrole et la transition énergétique. Selon les scientifiques du GIEC, pour éviter un cataclysme, il faut réduire nos émissions de gaz à effets de serre (GES) de 40% d’ici 2020 ! La région genevoise, une des plus riches de la planète, doit donner l’exemple !
Assurer le bien-être des habitants et la préservation de notre environnement exigera un nouveau modèle de développement, qui tienne véritablement compte des enjeux majeurs de l’emploi, la protection sociale, l’habitat, la mobilité, la politique énergétique et des liens étroits entre eux.
Ce forum ne doit pas s’enliser dans des constats sur le désordre actuel ! Il doit ouvrir un débat public sur les principes d’un modèle alternatif proposés ci-dessous, et sur des moyens possibles de les réaliser.

Extrait des propositions

1) Contre le mal-développement : priorité aux emplois répondant aux besoins sociaux et environnementaux
Une réorientation de l’activité économique est nécessaire pour rompre avec la monoculture actuelle autour des activités financières. Les politiques publiques doivent développer les emplois dans les domaines des services à la personne (santé, social) et desu technologies propres:
Construction et rénovation selon les normes d’économie d’énergie, énergies renouvelables, recyclage, transports publics. Il faut favoriser la formation des demandeurs d’emploi dans ces domaines.

2) Mesures contre le dumping salarial, le chômage et la précarité
La lutte pour des revenus décents est engagée du côté helvétique. Les écarts de salaires pour un même emploi doivent être combattus, de même que les différentes formes de travail précaire. La défense des prestations sociales doit être renforcée, dans un même élan, au-delà de nos frontières.
SMIC genevois, renforcement de l’inspection du travail. La question d’un revenu de base doit être discutée.

3) Une maîtrise du foncier par les pouvoirs publics, afin de pouvoir établir des plans d’aménagement du territoire plus cohérents.

  • Des mesures contre la spéculation foncière et immobilière*, et une réelle priorité aux logements abordables*. Une politique active d'acquisitions foncières des autorités, afin de maîtriser l'aménagement du territoire et répondre aux besoins en logements et infrastructures de la population. (...)
  • Favoriser l’habitat collectif et freiner le mitage du territoire. (...)
  • Rééquilibrer les activités et le logement de part et d’autre de la frontière. (...)
  • Préserver les surfaces agricoles et favoriser une agriculture de proximité, en atténuant la fracture « ville-campagne ». (...)


4) Une politique énergétique respectueuse de l’environnement
Genève, région parmi les plus riches de la planète, peut et doit donner l’exemple concernant les défis majeurs de la réduction des gaz à effet de serre (GES), la raréfaction prochaine du pétrole et la sortie du nucléaire. Les autorités ont admis le principe de la société de 2000 watts. Mais, il manque encore un calendrier et son application des côtés de la frontière ! (...)

Une réduction de la consommation d'énergie dans les transports (20 % de nos GES). Les associations de protection de l’environnement suisses proposent une réduction de 25% jusqu’en 2025. (...)
Accélérer fortement le développement de toute la palette de transports publics : (...)
Instaurer un moratoire routier.

Autres mesures possibles :

  • Plans de déplacement d’entreprise (PDE) obligatoires pour toute entreprise de plus de 50 employés, des deux côtés de la frontière, comme cela se fait avec succès pour les entreprises nouvelles, côté genevois.
  • Introduire un versement-transport à la française, côté suisse.
  • Mise en place de zones environnementales dans les principales villes de l’agglomération qui permet de restreindre l’accès des véhicules les plus polluants.
  • Reprendre l’idée de la ville de Zurich de mettre toutes les localités à 30 km/h la nuit, pour réduire le bruit routier.
  • Si ces mesures ne suffisent pas, il faudra étudier la mise en place d’un péage urbain.
  • Un problème: la croissance de l’aéroport de Genève (28 % de nos GES). (...)


5) Une fiscalité juste, modérant la croissance et rendant possible un autre modèle de développement.
La fiscalité (impôts ou taxes) doit être modifiée pour réduire l’attractivité excessive de Genève, tout en finançant une réorientation des activités économiques et des autres politiques publiques nécessaires.(...)

Le mécanisme compensatoire franco-genevois (alimenté par les impôts genevois payés par les frontaliers) doit être repensé, autant par rapport à son montant que son affectation. La proposition du Conseil d’État genevois – validée par les partenaires français –  d’affecter 25 millions d’Euros annuels pendant au moins 10 ans à un fonds pour les infrastructures, côté français, va dans la bonne direction.

6) Comment agir ?
Depuis la base : Multiplier les initiatives de type « Villes en transition » (...)

Dialogue social : Le Forum d’agglomération (conseil du développement durable ouvert aux associations) prévu en 2007 n’a jamais vu le jour. Les démarches participatives du premier projet d’agglo semblent remises en cause aujourd’hui.
(...)

Plus d’informations en ligne et texte complet :

Organisation

•    CLE Conseil lémanique pour l'environnement
AGENA Association gessienne de protection de la nature Pays de Gex (Ain)

Amis de la Terre Haute Savoie
ATE Association transports et Environnement Genève, Valais et Vaud
Equiterre

FNAUT Haute Savoie, Fédération des associations d’usagers des transports
FRAPNA Fédération des associations de protection de la nature Ain et Haute-Savoie
GENESIS Fédération des associations du Genevois (Genevois – Hte Savoie)
Pro Natura Genève, Valais et Vaud

WWF Fonds mondial pour la nature Valais et Vaud


•    CEST Coordination économique et sociale

Association Savoie – Mont Blanc Economie Solidarité,
ATE Association Transports et  Environnement,
CFDT Ain et Haute Savoie,
Equiterre

MPF Mouvement populaire des familles, 

SIT Syndicat interprofessionnels des  travailleurs/euses,
Université populaire Savoie - Mont Blanc

Coordination Climat Justice Sociale,
•    ATTAC Genevois,
•    CADTM,
•    ContrAtom,
•    COTMEC,
•    Greenpeace Genève,
•    Groupe Ecosocialiste,
•    NOE 21,
•    Prioriterre,
•    SURVAP,
•    UNIA,
•    Uniterre,
•    WECF.

 

12:08 | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : agglo, transfrontalier, franco-valdo-genevois, développement | |  Facebook | | |

Commentaires

A ma connaissance, et je viens d'y consacrer 2 ans d'étude dans le cadre de mes films Genevois-Pluriels sur ces sujets, le projet vise précisément à maîtriser la croissance économique (qui n'est d'ailleurs pas linéaire, contrairement à ce que vous écrivez, nous commençons à nous en apercevoir), et le développement harmonieux et durable de la région. Bien des points que vous soulevez figurent déjà parmi ses objectifs. Le problème c'est que bien souvent les outils qui permettraient de les atteindre n'existent tout simplement pas.
Passer du voeu pieu à la réalisation concrète est parfois difficile.
Mais s'il reste une salle disponible le 3/12 à la Maison des Associations, je serai ravi d'y projeter Genevois-Pluriels, qui je crois fait d'assez près le tour des questions en suspens. Son but étant précisément de servir de base au débat.
Avec mes meilleurs messages

Écrit par : Philippe Souaille | 24/11/2011

Eine beeindruckende teilen, ich diese auf einen Kollegen, der zuvor die Durchführung einer kleinen Analyse mit diesem gegeben. Und dass er in Wahrheit kaufte mir Frühstück aufgrund der Tatsache, lief ich über es für ihn .. Lächeln. So ok , werde ich umformulieren , dass : Thnx mit der Behandlung ! Aber ja Thnkx zu verbringen genug Zeit gehen über diese , bin ich stark über dies und lese gerne mehr über dieses Thema. Wenn überhaupt möglich , wie Sie Know-how zu werden, tun Sie etwas dagegen, die Aktualisierung Ihres Blogs mit viel mehr Details? Es kann sehr hilfreich für mich. Big thumb up für dieses Schreiben!

Écrit par : chandelier wholesale | 24/11/2011

Excellente initiative. Un forum est vraiment ce l'ont dont on a besoin. C'est bien de faire passer l'information, je trouve.

Écrit par : kitchen | 31/12/2011

Les commentaires sont fermés.