10/06/2013

Parlement fédéral : un signe fort pour les transports publics

L’ATE, se réjouit que le Parlement soit favorable au doublement des moyens financiers pour le rail d'ici 2025: 6,4 milliards de francs au lieu des 3,5 milliards prévus par le Conseil fédéral


L’Alliance «OUI à l’initiative pour les transports publics», dont fait partie l’ATE, se réjouit d’apprendre que le Conseil national est favorable à un aménagement conséquent du réseau ferroviaire et rejoint ainsi l’avis du Conseil des Etats. Les jalons du futur financement du rail sont désormais posés. L’Alliance déplore toutefois que le Conseil national refuse l’initiative populaire «Pour les transports publics».

Ce début juin, une étape a été franchie dans le débat sur le futur financement des transports publics: le Conseil national a clairement approuvé le projet du Conseil fédéral «Financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire» (FAIF).
Voir aussi le dossier sur le site du Parlement fédéral


Comme le Conseil des Etats auparavant, la chambre basse veut investir 6,4 milliards de francs dans la première étape de l’aménagement du rail d’ici 2025. Le Conseil fédéral n’avait prévu que 3,5 milliards. Or il faut 6,4 milliards rien que pour mettre en œuvre les projets d’aménagement les plus urgents.

L’Alliance trouve aussi positif que le Conseil national veuille limiter la déduction des frais de transports à 3000 francs. Actuellement, les pendulaires utilisant la voiture peuvent déduire dans leurs déclarations d’impôts des frais de transports plus élevés que ceux voyageant en train. Un tel subventionnement étatique de la voiture est déloyal et insensé du point de vue de la politique environnementale.

L’Alliance regrette toutefois la retenue du Conseil national face à l’initiative populaire «Pour les transports publics». L’initiative montre comment prendre un tournant dans la politique des transports après le tournant énergétique. Elle veillerait à ce que le rail et la route soient enfin sur un pied d’égalité. L’initiative permettrait en outre d’aménager le réseau ferroviaire sans nouvelle hausse d’impôts ni nouvelles taxes.

*  *  *  *

A noter que la plupart des projets du Grand Genève doivent encore trouver un financement : liaison Aéroport - Cornavin, liaison La Plaine - Aéroport, nouvelle gare de l'Aéroport, liaison avec le Pied-du-Salève (barreau sud), liaison ferroviaire avec l'Ain (barreau nord).

Le risque est grand que sans ces liaisons ferroviaires, le Grand Genève s'auto-asphyxie....

Une reconduction du Fonds d'infrastrucuture fédéral est indispensable de même que la pérénité et l'augmentation des moyens financiers pour le financement des transports publics au niveau national.

Voir aussi les pages mobilité du Livre vert 2 sur site de la CEST :

Nous attirons l’attention des décideurs de l’Agglo, son urbanisation et la nécessaire construction de logements  sont mises en danger par l’inéquation entre le développement du réseau des transports publics pas assez ambitieux et la pression automobile croissante, ce qui va bloquer à relativement court terme tous les réseaux de transports et faire échouer l’urbanisation, et donc la construction de logements.

(extrait du Livre vert 2)

18:19 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.