08/09/2013

Rejet du projet d’urbanisation de Bernex-Nord axé sur le «tout à la voiture»

L'association d'habitants de Bernex et Confignon (ASBEC) rejette le projet d’urbanisation de Bernex-Nord axé sur la notion dépassée du «tout à la voiture» et soutient le référendum de Lully


Voyons plus en détails les raisons de cette opposition

Bernex Nord: non au tout à la voiture
Le projet d’agglomération du Grand Genève prévoit la venue de 200’000 nouveaux habitants d’ici 2030, dont 100’000 à Genève. Les projets sur les communes de Bernex et Confignon totaliseront près de 25’000 nouveaux habitants, soit le quart du chiffre prévu pour tout le canton : trop, c’est trop.

En effet les communes de Bernex et Confignon compteront vers 2030, selon le projet d’agglomération, 37’000 habitants, 5’000 de plus que Neuchâtel.

bernex-nord agglo neuchèatel urbansiation "out à la voiture"

La région Bernex-Confignon se situerait, comme La Chaux-de-Fonds, au douzième rang des villes suisses. Mais La Chaux-de-Fonds dispose d’un budget de 137 millions, celui de Bernex- Confignon cumulé est de 41 millions. Il est donc à craindre que les infrastructures, en grande partie à charge des communes , ne puissent suivre. Le risque d’une cité-dortoir n’est pas à écarter. Du point de vue de la mobilité, cela risque tout simplement d’être catastrophique avec un projet favorisant outrageusement la voiture individuelle. En effet, le projet d’agglomération prévoit de doubler le volume de circulation dans le secteur Bernex Nord passant de 20’000 véhicules/jour (v/j) aujourd’hui sur la route de Chancy en direction du carrefour de l’autoroute à 45’000 v/j grâce à la construction d’un nouvel accès à la bretelle d’autoroute de Bernex, le barreau nord. Cet aspirateur à voitures de 30 mètres de large (voir pages intérieures du dépliant tout ménage) comprendra deux fois deux voies de circulation, plus voies de bus. Pour bien charger le bateau, la route de Chancy repassera à 4 voies de circulation.

bernex-nord, urbanisation, voiture

Nous avons le sentiment d'avoir été trompé et de glisser d'un projet axé les transports publics,  principr décrit dans le projet d'agglomération tant au niveau fédéral que cantonal et que nous soutenons, à un projet favorisant outrageusemenr la voiture.


De plus, nous craignons que la densité de Bernex-Nord soit drastiquement augmentée – comme aux Cherpines où le nombre d'habitants est passé brutalement de 7000 à 11'000 – si d’autres projets dans le canton ne se réalisent pas, nous allons dans ce cas-là vers un Bernex-Nord de 15’000 ou 16’000 habitants.

Référendum de Lully ou la goutte qui fait déborder le vase
Il faut soutenir le référendum de Lully pour les raisons suivantes:

1. Il manque une réflexion globale pour la région. L’autorisation de construire délivrée à la parcelle dite «Jaquenoud» à Lully est marquée du sceau de l’improvisation et de la hâte qui caractérisent la fuite en avant des autorités de Bernex. La circulation – sans parler des nuisances, de la pollution, des bouchons – va devenir ingérable avec 20 à 25’000 habitants nouveaux et 7’000 nouvelles places de travail. Le débouché sur la rte de Lully traverse l’actuelle zone village protégée, sans considération des nuisances.
A trop charger le bateau, on court le risque de le couler...

2. Procédure anti-démocratique. Le refus du Conseil municipal de Bernex et du Département de l’urbanisme d’établir un PLQ (plan localisé de quartier) est incompréhensible. Ce passage en force n’est pas acceptable. Rappelons que c’est par un combat des milieux de protection des locataires et de l’ASLOCA que les PLQ ont été obtenus. Cet outil d’urbanisme bien rôdé permet aux communes et aux habitants de se prononcer. Il apporte également une garantie juridique aux constructeurs étant donné que les recours deviennent alors très difficiles.
Lire l'argumentaire de 3 pages

Lien vers le site de l'ASBEC

Les commentaires sont fermés.