22/06/2014

le train plus cher que l'avion ou pas ?

ate, mobilité, environnementPour en finir avec cette idée reçue, l’ATE a mené l’enquête. Elle a comparé le prix des billets de train et d’avion pour douze destinations européennes. Constat: dans 50 à 75% des cas, le train est meilleur marché.


Un week-end prolongé dans une ville européenne est si vite organisé. Une visite sur les sites des compagnies aériennes à bas coût, et seize chiffres de mastercard ou carte visa plus tard, l’affaire est réglée.

Pourtant, s’attarder quelques minutes supplémentaires sur les pages Internet des chemins de fer peut s’avérer très futé. L’idée selon laquelle l’avion coûte systématiquement moins cher que le train ne tient pas la route, comme le démontre notre test comparatif.

Le scénario
Nous voulions partir dans une ville européenne le temps d’un weekend prolongé, du jeudi 1er au dimanche 4 mai 2014. Nous avons sélectionné une douzaine de destinations parmi les plus prisées (cf. tableau ci-dessous) et com- paré les prix pour un aller-retour en train et en avion au départ de Bâle, Genève et Zurich. Comme les tarifs varient en fonction de la date de réservation, nous avons effectué la même recherche à trois périodes différentes : deux mois, un mois et deux semaines avant la date de départ. Le comparateur de tarifs www.skyscanner.ch nous a renseignés sur les meilleurs prix aériens, tandis que pour le train, nous avons effectué nos recherches sur www.cff.ch, www.bahn.de, www.voyages-sncf.com et www.capitainetrain.com.

Nous avons retenu les offres meilleur marché et exclu les horaires les plus farfelus. Pour l’avion, nous avons par exemple éliminé les propositions avec es- cales de plus de trois heures. Pour le train, nous avons parfois privilégié les trajets de nuit afin de maximiser la durée du séjour sur place et d’économiser la chambre d’hôtel.

avion, train, comparatif, environnement

Le court terme profite au rail
Six parcours sont systématiquement plus avantageux en train, à savoir Genève–Paris, Genève– Barcelone, Bâle–Hambourg, Zurich–Venise, Zurich–Budapest (train de nuit) et Zurich–Vienne. Pour ces trois derniers, l’économie par rapport à l’avion est substantielle : jusqu’à 336 francs épargnés avec le train pour la Cité des Doges, 408 francs pour la capitale hongroise, et 311 francs pour son pendant autrichien. Genève–Paris est non seulement financièrement plus avantageux en train (entre 38 et 84 francs), mais aussi plus rapide. Le TGV relie les deux villes en un peu plus de trois heures avec une arrivée au centre de la capitale alors qu’il faut compter près de quatre heures en avion, entre le transfert vers l’aéroport, l’enregistrement, la durée du vol, l’attente des bagages et le trajet vers le centre-ville de Paris.

Les trajets Bâle–Londres et Genève–Rome sont aux trois périodes favorables à l’avion. Pour Londres, le train revient au moins 340 francs plus cher. Pour Rome, la différence est moins marquée mais reste dissuasive (entre 61 et 205 francs de moins avec l’avion). Cependant, ici, les horaires d’avion sont moins intéressants que ceux du train, avec des dé- parts en soirée et un retour (depuis Rome) à 7 heures du matin.
Pour les quatre itinéraires restants, l’avantage va à l’un ou l’autre mode de transport selon le moment de la réservation. Il s’agit de Genève–Nice, Bâle–Berlin, Bâle–Amsterdam et Zurich–Prague (train de nuit). Plus le départ approche, plus les billets de train pour Berlin, Amsterdam et Prague deviennent attractifs. A destination de Nice, les prix ne semblent pas suivre de logique temporelle.

Mais alors pourquoi un tel engouement pour l’avion ? Contrairement aux offres ferroviaires qui ouvrent en général seulement trois mois à l’avance, il est possible de réserver un vol beaucoup plus tôt, à des tarifs hors de toute concurrence. La manière dont on prépare ses vacances joue ainsi en défaveur de l’environnement. On conditionne bien souvent nos envies d’escapade au meilleur prix, quitte à modifier la destination ou les dates de voyage.

L’ATE revendique

  • Faire concurrence à l’avion et ouvrir les offres ferroviaires à la réservation plus de six mois à l’avance.
  • A l’exemple de la Suisse, procéder au changement des horaires pour les trains européens au moins de décembre. Avec la date actuelle (mi-juin) à quelques semaines des vacances d’été, il est souvent impossible d’avoir connaissance en mars des horaires de juillet. Et encore moins de procéder à une réservation. Notre conseil: effectuer la même recherche pour mai ou juin. Et partir du principe que les modifications seront minimes. Ce qui s’avère souvent être le cas.
  • Mettre fin à la concurrence déloyale en faveur de l’avion en introduisant la TVA sur les billets d’avion et une taxe sur le kérosène.
  • L’ATE demande également l’introduction d’une taxe CO2 sur les carburants.

 

Pour approfondir le sujet

Le pdf de ce texte

Le site de l'ATE : l'Europe en train

L'europe en train.png

Via Verde l'agence de voyage de l'ATE

10:35 Publié dans CFF, Environnement, mobilité, Voyages | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Oui, le train de Genève à Paris est clairement plus avantageux, ne serait-ce que parce que les aéroports sont bien plus loin et que l'attente sans parler des transfert est bien plus coûteuse en temps et en trajets.

Mais essayez de monter dans un train et d'avoir des transferts adéquats pour personnes à mobilité réduite et vous verrez que l'équation change très rapidement.

Les avions sont clairement plus avantageux pour un transport Genève-Zurich par exemple, à tous les niveaux, sur le plan des horaires, du confort, et monnétaire !

De plus, un train de transporte pas le même nombre de personne vers une même direction à la fois. Il faut donc en tenir compte dans les analyses. Un avion plein, allant d'une destination à une autre, génère moins de troubles écologiques qu'un train qui fait de nombreuses haltes, laisse monter et descendre des quantités de personnes à chaque arrêt, avec des accélérations à chaque départ conséquentes qui génèrent des coûts d'électricité importants, ainsi que sur le plan monétaire en ce qui concerne les transferts en Suisse, car les prix Suisse-Suisse sont bien plus élevés sur le plan rail que sur le plan air.

Lorsque l'on fait une analyse, il faut tenir compte de tous les facteurs et pas seulement de ceux qui nous arrangent et avoir une vision holistique du problème ;)

Alors il est vrai que Genève-Paris est plus avantageux à tous les niveaux par le train que par l'avion, mais Genève-Zurich certainement pas.

Écrit par : Jmemêledetout | 22/06/2014

il suffit de comparer les émissions de gaz à effet de serre pour se prouver le contraire. En train, un voyage Genève-Zurich occasionne 1,8 kg de CO2 par personne, 54,8 en voiture et 104,3 kg en avion.
Source: www.cff.ch

Écrit par : Noëlle Petitdemange | 24/06/2014

Les commentaires sont fermés.